Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Brigitte Kuster intervenait au Conseil de Paris sur la Charte des arrondissements, qui est le document censé régir les relations entre la mairie de Paris et les mairies d’arrondissement. Vous trouvez ci-après le détail de son intervention.

Monsieur le Maire,

Le projet de Charte qui nous est soumis aujourd’hui a pour objectif affiché l’amélioration des relations entre les mairies d’arrondissement et la mairie centrale, voire à renforcer les pouvoirs des maires d’arrondissement.

Mais qu’en est-il exactement ?

Une série de bonnes intentions certes, et qui pour la plupart vont dans le bon sens. Mais qui malheureusement ne vont pas assez loin pour être significatives.

Dois je rappeler que la quasi-totalité des mesures énoncées dans la Charte sont dans bien des arrondissements déjà mises en œuvre… pour ma part je ne vous ai pas attendu pour rencontrer régulièrement mon Directeur Général des Services ou encore réunir les chefs des Services déconcentrés ! D’ailleurs vous le proposez tous les trimestres quand  dans le 17ème je le fais tous les mois !


En fait cette charte relève plus du fonctionnement entre mairie centrale et mairie d’arrondissement, ou entre mairie d’arrondissement et services de la Ville, mais je voudrais pour ma part revenir sur les pouvoirs budgétaires des maires d’arrondissement, en fait le nerf de la guerre.

Car vous le savez, c’est au travers des moyens financiers que l’on peut apprécier la marge de manœuvre réelle laissée aux maires d’arrondissements dans la conduite des affaires locales.
Et à ce sujet, Monsieur le Maire, il est vrai que de récentes avancées dans la manière d’appréhender nos budgets ont eu lieu.
Ainsi, pour 2011 les opérations de moins de 1 million d’euros dites de Type 2, se déclinent en deux enveloppes :

– l’une consacrée à l’espace public (opérations menées avec la Direction des Espaces Verts, et avec celle de la Voirie et des Déplacements),

– l’autre étant dédiée aux équipements de proximité (écoles, conservatoires, équipements sportifs, Maison des associations etc …)

Si cette nouvelle approche facilite la mise en œuvre de l’exercice budgétaire et sa visibilité, on peut regretter, à ce stade, la pondération choisie des critères pour évaluer ces enveloppes, qui privilégie largement l’aspect quantitatif au qualitatif.

En effet, pour notre part, nous pensons que les critères comme la vétusté ou la fréquentation des équipements ou bâtiments doivent être réévalués car ils impactent très nettement nos choix et sont des impondérables incontournables.

Sur ce sujet, nous espérons vivement être entendus pour les prochains exercices budgétaires, ce qui en soi ne serait que bon sens.

****
Pour le reste Monsieur le Maire, pourquoi vous arrêtez-vous en si bon chemin ?
Pourquoi les piscines, l’accessibilité handicapés (alors que je le rappelle l’enveloppe spécifique dite « Komitès » sous le précédent mandat n’existe plus) ou encore le ravalement des bâtiments, l’éclairage des rues, les travaux sur la voirie principale, sont-ils exclus de ces enveloppes ?

Sur ces sujets aussi, il est nécessaire d’envisager une véritable programmation, d’avoir une vision des besoins et d’y répondre de manière pragmatique, en lien avec vos services.

Et pour ne parler que des piscines, j’ai pu constater dans le 17è, notamment sur la piscine Bernard Lafay, (Monsieur Vuillermoz ne me contredira pas) combien des engagements au coup par coup auraient pu être évités (et donc un gaspillage d’argent public au passage) si une réelle programmation de travaux lourds étaient envisagés.

***

Et puis bien sûr en parlant de programmation, comment ne pas vous interpeller une fois de plus sur le « Plan d’Investissement Prévisionnel de Paris » que certains appellent le « PIPP Mystère » ?

Pour ma part, je le qualifierai d’Arlésienne.

Parce qu’en effet, cette charte des arrondissements dont nous discutons aujourd’hui finalement, c’est l’arbre qui cache la forêt !

Où est le PIPP ?

Où est la vision budgétaire déclinée par arrondissement que nous sommes en droit de connaître ?

Ce document nous manque tous cruellement, du moins aux maires de votre opposition municipale, car il semblerait que cela ne soit pas le cas pour les maires de la majorité. Cela n’est pas admissible !

Cet outil devrait nous être transmis, et surtout, ce document devrait être élaboré en relation étroite avec les maires d’arrondissements.

Cela nous permettrait d’avoir une vision programmatique des grands travaux et projets.

Pour ne parlez que du 17è, je pense à la couverture du périphérique entre les Portes Ternes – Villiers et Champerret dont nous attendons toujours le lancement de l’enquête publique, ou encore la requalification de l’avenue de la grande Armée et celle de la Porte Maillot, au moment même où la Ville de Neuilly est en pleine réflexion sur les aménagements de l’axe reliant Paris à la Défense.

Je pourrais également évoquer la requalification de l’avenue de Clichy, annoncée par tronçons quand une réflexion d’ensemble s’impose, parallèlement à celle menée sur l’avenue de Saint-Ouen.

Ces opérations sont-elles dans le PIPP ?

Monsieur le Maire, reconnaissez que votre décentralisation a ses limites et ses contradictions!
Le PIPP est un document majeur de programmation en matière d’investissements lourds, mais c’est aussi, peut être plus symboliquement certes, un gage de considération vis-à-vis des maires d’arrondissement et à travers eux, de nos administrés.
Et nous ne comprenons pas votre obstination à ne pas vouloir en discuter avec nous.

Monsieur le Maire, parlez avec les maires d’arrondissement de ce qui les concernent au premier plan ne peut être que bénéfique, à tous les niveaux.

C’est ce que nous vous demandons une fois de plus, dans l’intérêt des Parisiens.

Je vous remercie .

Actus en relation

Paris : candidate à l’Exposition universelle de 2025

Il faut que Paris renoue avec l’audace qui l’a si longtemps caractérisée par le passé. La …

Communiqué de presse de NKM, Brigitte Kuster et Claude Goasguen

Le 24 octobre dernier, Nathalie Kosciusko-Morizet a présenté son projet de transformation …

Rythmes scolaires : Bertrand Delanoë doit engager la concertation

Vincent Peillon et Bertrand Delanoë auront réussi un véritable tour de force : mettre tout …

Loi de décentralisation : réfléchir aux enjeux plutôt qu’aux structures

C’est un nouvel échec pour le gouvernement, et je m’en réjouis tant le projet de décentral …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *