Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Quelle est votre vision des prix du marché dans votre arrondissement ?

Brigitte Kuster : Pendant deux ans, la crise a sérieusement impacté le marché immobilier. On note, tout de même, un début de reprise qui s’est amorcé avant l’été. Les vendeurs, qui ont attendu les premiers signes de relance, réinvestissent petit à petit le marché. La demande, elle, reste toujours très forte et soutient par la même la hausse du prix du mètre carré que nous avons enregistrée dernièrement.

 

Qu’est ce qui fait que l’on aime vivre dans le 17e ?

BK : Le 17e est certainement l’un des arrondissements les plus divers de Paris. Les quatre quartiers administratifs du 17e : Ternes, Monceau, Batignolles, Epinettes offrent des styles de vie très différents. Chacun peut, qu’il soit étudiant, jeune travailleur, parent, senior, trouver son bonheur.

 

Que pensez-vous de la politique du gouvernement en matière de logement ?

BK : La réforme de l’accession à la propriété me semble aller dans le bon sens. La simplification tant du financement que de la procédure d’accession était une nécessité. La réforme vise à intervenir très tôt dans le cheminement du futur propriétaire, dès l’acquisition du PEL, et à l’accompagner jusqu’au terme du remboursement de son emprunt. Elle prévoit même de l’assister en cas de difficultés.

Reste encore à savoir l’ampleur du « rabot » porté aux niches fiscales qui concernent les propriétaires. La loi de Finances nous le dira bientôt.

 

 Quels sont les grands projets en matière de logements dans le 17e ?

BK : L’aménagement de la ZAC Clichy-Batignolles (50 hectares situés au nord du 17e) est une véritable révolution urbanistique. Songez que 25 000 nouveaux habitants et salariés vivront et travailleront au cœur d’un des tout premiers éco-quartiers de Paris qui, en plus, accueillera la Cité judiciaire (Tribunal de Grande Instance et Direction de la Police judiciaire). Mais ce nouveau quartier, qui prévoit 3030 nouveaux logements, dont 500 étudiants et deux établissements pour personnes âgées dépendantes, tel qu’il est actuellement envisagé par la Ville de Paris, ne nous paraît pas satisfaisant tant sur le plan architectural qu’en matière de logements. Nous estimons justement que la part accordée à l’accession à la propriété est largement insuffisante et que celle du logement social – 55 % – est beaucoup trop forte.  C’est pourquoi nous demandons, avec mon équipe municipale, que le projet soit réétudié afin de préserver l’équilibre du quartier.

 

Quels sont les types de logement les plus recherchés ?

BK : Le type de logements le plus recherché, tant à la vente qu’à la location, est l’appartement F3. Les familles avec un ou deux enfants (il y a près de 20 000 familles dans le 17e) sont les plus intéressées. Malheureusement, leur raréfaction entraîne mécaniquement l’explosion des prix.

 

Quelle est l’évolution des prix sur ces dernières années ?

BK : L’évolution du prix au mètre carré suit, en règle générale, l’évolution en cours à Paris. En 2008, la moyenne est de 5 778 euros du mètre carré contre 5 990 à Paris. Le prix du loyer au mètre carré dans le 17e (21,7 euros) est également conforme à la moyenne parisienne (21,4 euros).

 

Comment se comporte le marché du neuf ?

BK : Le marché du neuf, hormis le projet d’aménagement de la ZAC Clichy-Batignolles qui ne s’achèvera qu’en 2014-2015, est relativement constant dans le 17e puisque, de 2001 à 2008, 150 logements neufs par an ont vu le jour. On ne peut donc pas parler d’un véritable « marché » du neuf à l’échelle d’un arrondissement de 165 000 habitants.

 

Quels sont vos priorités en matière de logements ?

BK : Au moment où la crise économique remet en cause les fondements boursiers de notre économie, la pierre redevient plus que jamais la valeur refuge pour de nombreux investisseurs. Mais à Paris plus qu’ailleurs, il faut protéger l’acheteur particulier, et notamment primo-accédant, contre la spéculation immobilière qui a déjà produit des ravages. L’Etat doit garantir des mécanismes qui facilitent l’accession des jeunes professionnels et des familles nombreuses.

Concernant le parc locatif social du 17e, je dénonce tous les programmes qui visent à concentrer une forte quantité de logements sociaux là où on en compte déjà de nombreux. Je suis favorable à une meilleure répartition des logements sociaux dans l’arrondissement.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *