Suivez-moi sur Twitter
Recevez la newsletter

Valérie Pécresse, présidente du groupe Majorité Présidentielle (MP) au conseil régional d’Ile-de-France, considère que l’avis rendu cette semaine par le CESR sur la situation financière alarmante de la région Ile-de-France confirme les alertes répétées du groupe MP depuis six mois.

Dans cet avis, le CESR tire la sonnette d’alarme sur la capacité d’autofinancement de la région qui est tombée de 56% en moyenne à 40%  entre 1998 et 2009 et sur l’explosion parallèle de la part de l’emprunt par rapport aux ressources qui a presque doublé en 2009.

Devant une telle situation, le CESR estime nécessaire une « remise à plat complète des revenus financiers de la région » et préconise, sous certaines conditions, le recours aux partenariats publics-privés, outil de financement innovant d’ores et déjà utilisé par l’Etat pour mener à bien de grands projets.

Valérie Pécresse rappelle qu’à plusieurs reprises, les élus du groupe Majorité Présidentielle ont alerté l’exécutif régional sur la situation financière alarmante de la région, résultant de la mauvaise gestion de l’exécutif, et ont demandé une réduction des dépenses de fonctionnement. C’est le seul moyen de réduire le recours exponentiel à l’emprunt et de ne pas amputer la capacité d’investissement de la région dans ses secteurs clefs
d’intervention : l’éducation, la formation, les transports, le développement économique et le soutien à l’emploi.

Elle souligne par ailleurs que les partenariats publics-privés, qui sont au cœur de la réussite de l’opération Campus, ont toujours été refusés par l’exécutif régional pour des raisons idéologiques.

Les élus du groupe MP demandent que toute la lumière soit faite sur la situation financière de la région. Ils attendent que, lors de la prochaine séance du 30 septembre et du 1er octobre, l’exécutif régional apporte des explications précises et exhaustives en réponse à l’avis du CESR. Ils attendent également que l’exécutif régional se prononce sur l’utilisation qu’il compte faire des ressources supplémentaires attendues (391 millions d’euros) dans le cadre de la réforme de la fiscalité locale.

A quelques semaines du vote du prochain budget, il apparaît indispensable qu’une
« opération vérité » soit enfin conduite sur la situation financière de la région. Valérie Pécresse rappelle à ce titre que, lors de la prochaine séance, son groupe demandera  à l’exécutif régional de se soumettre au contrôle de la Chambre régionale des comptes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *