Concert exceptionnel pour le maintien du classique Salle Pleyel

La fin programmée de la musique classique à Pleyel suscite une vague de protestations sans précédent. La pétition adressée à la ministre de la Culture (en lien ICI), initiée par Bertrand Lavaud, adjoint à la culture du 17e, a déjà recueilli près de 4000 signatures, dont celles de Patrice Fontanarosa, Jean-Pierre Wallez, Jean-Philippe Collard, Bruno Rigutto, Georges Pludermacher, François-Eric Gendron, Pierre-Yves Artaud, Bertrand Tavernier, Jean-Pierre Mocky et Francis Balagna.

Nul ne peut se résoudre à voir disparaître ce qui constitue le fondement même de la Salle Pleyel. Surtout pas au faux prétexte de favoriser le lancement de la nouvelle Philarmonie. Le rayonnement de la musique classique à Paris et en France ne peut se faire au détriment de Pleyel, qui est l’une des salles de concert les plus réputées au monde.

Brigitte Kuster, maire du 17e et son adjoint Bertrand Lavaud, ont décidé de donner un tour musical au formidable élan de soutien qui se manifeste actuellement. Un concert exceptionnel pour le maintien de la musique classique Salle Pleyel, donné par des concertistes de dimension internationale, se déroulera le mardi 4 novembre à 20 heures, à la mairie du 17e (16 rue des Batignolles).

Avec au programme (voir pièce jointe) :

-          La Flûte enchantée, extrait de Shéhérazade, de Maurice Ravel

(Ecole Normale de Musique de Paris Alfred Cortot : Paula Lizana, Si Zheng, Sakurako Sawamura)

-          Quintette pour Clarinette de Mozart

(Amandine Ley, Céline Planes, Sophie Groseil, Karine Jean-Baptiste, Christel Pochet)

-          La Sérénade d’Edward Elgar

(Orchestre de Flûtes Français, direction Marc Hajjar)

-          Concert pour piano, violon  et quatuor à cordes d’Ernest Chausson

(Denis Pascal, Olivier Charlier et le Quatuor Parisii)

L’entrée est libre.

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

François Hollande pris dans l’étau de ses propres échecs

Le psychodrame qui vient de se nouer autour de la lettre adressée au gouvernement par la commission de Bruxelles est un formidable révélateur du rapport que François Hollande entretient avec la vérité. En refusant de rendre public la lettre de « recadrage budgétaire » de la France – ce que Médiapart s’est chargé de faire à sa place -, François Hollande a donné le sentiment de vouloir dissimuler la vérité sur l’état du pays. Et a renforcé d’autant l’impression d’un gouvernement sans prise sur le réel.

Bruxelles demande plus d’efforts à la France. Plus que les 21 milliards d’euros de baisse des dépenses publiques inscrits au budget 2015. Mais le gouvernement redoute qu’en poussant au-delà de cette somme le pays bascule dans la récession. Un argument économique qui n’explique qu’en partie le blocage dans lequel nous nous trouvons. La réalité est aussi politique : François Hollande craint tout simplement un rejet du budget par l’Assemblée nationale. Ce qui signerait l’arrêt de mort d’un quinquennat déjà très mal embarqué.

Otage de la situation politique interne : Premier ministre en roue libre (cf. entretien à l’Obs dans lequel Manuel Valls le critique sans détour), majorité en voie de rébellion, François Hollande en est réduit pour exister à allumer des contrefeux piteux, comme lorsqu’il exige d’Angela Merkel un plan d’investissements pour l’Allemagne, ou de David Cameron le « respect des traités » et le paiement des 2 milliards d’euros de rallonge budgétaire que Bruxelles réclame à Londres. François Hollande en donneur de leçon budgétaire, c’est l’hôpital qui se moque de la charité ! Et l’image de la France qui se délite chaque jour un peu plus en Europe.

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

RETARD DANS LE PROLONGEMENT DE LA LIGNE 14 : LES PROPOSITIONS DE BRIGITTE KUSTER

« Certaines contraintes techniques, administratives et environnementales font qu’on estime aujourd’hui la mise en service à la mi-2019 au lieu de 2017 ». La RATP vient pour la 1ère fois de confirmer ce qui n’était jusqu’à présent qu’une crainte : le chantier de la ligne 14, qui vient tout juste de commencer, accuse déjà un retard de 2 ans. Une situation inacceptable pour les milliers d’usagers de la ligne 13 contraints de voyager dans des conditions épouvantables.

Tout comme est inacceptable le sort réservé aux habitants du 17e. Deux nouvelles stations devaient en effet voir le jour en 2017, l’une à Pont-Cardinet et l’autre à la Porte de Clichy. Une offre de transport renforcée pour desservir le nouveau quartier Clichy-Batignolles qui, outre ses 3500 logements et ses 140 000 m2 de bureaux, doit recevoir la Cité judiciaire (Tribunal de Grande Instance de Paris et DRPJ, actuel 36 Quai des Orfèvres) en 2017.

Brigitte Kuster, qui ne peut se résoudre à cette situation, propose que l’Etat, la RATP, le STIF, ainsi que l’ensemble des acteurs locaux impliqués, se réunissent pour étudier toutes les options qui pourraient permettre de réduire ce retard.

Elle demande ainsi que soit envisagé, dès maintenant, un phasage permettant l’ouverture du tronçon Gare Saint-Lazare / Porte de Clichy en 2017 (puisqu’il apparaît que les difficultés se concentrent hors de Paris).

*Voir sa pétition en lien https://www.change.org/p/m-valls-premier-ministre-m-huchon-pr%C3%A9sident-du-stif-et-m-mongin-pr%C3%A9sident-de-la-ratp-je-demande-que-tout-soit-mis-en-%C5%93uvre-pour-que-l-etat-le-stif-et-la-rapt-tiennent-leurs-engagements-d-ouverture-des-nouvelles-stations-de-la-ligne-14-en-2017

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Prolongement de la ligne 14 : pour le maintien du calendrier d’ouverture en 2017

Pétition adressée à Manuel Valls, Premier ministre, Jean-Paul Huchon, président du STIF et Pierre Mongin, président de la RATP

La RATP vient d’annoncer qu’elle ne serait pas en mesure de tenir les délais d’ouverture des nouvelles stations au nord de la ligne 14 prévue en 2017. Ces stations sont indispensables pour mettre fin aux conditions de transport insupportables des usagers de la ligne 13 et desservir le nouveau quartier Clichy-Batignolles (3500 logements, 140 000 m2 de bureaux, l’arrivée de la Cité judiciaire comprenant le futur TGI de Paris et la DRPJ, actuel 36 des Orfèvres et de nombreux équipements de proximité).

Brigitte Kuster demande que tout soit mis en œuvre pour que l’Etat, le STIF et la RATP tiennent leurs engagements d’ouverture des nouvelles stations de la ligne 14 en 2017.

Signez la pétition en lien ci-après : https://www.change.org/p/m-valls-premier-ministre-m-huchon-pr%C3%A9sident-du-stif-et-m-mongin-pr%C3%A9sident-de-la-ratp-je-demande-que-tout-soit-mis-en-%C5%93uvre-pour-que-l-etat-le-stif-et-la-rapt-tiennent-leurs-engagements-d-ouverture-des-nouvelles-stations-de-la-ligne-14-en-2017

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Mais quel est le véritable calendrier du prolongement de la ligne 14 au nord de Paris ?

A peine le Premier ministre annonce-il le lundi 13 octobre l’accélération de la mise en œuvre du Grand Paris des transports, qu’il reçoit le samedi 18 un démenti cinglant dans la presse, qui rapporte le refus de la RATP de confirmer la date de 2017 pour la mise en service du prolongement de la ligne 14.

Non seulement les propos du premier ministre sont contredits, mais le calendrier initial du prolongement de la ligne 14 passant par Pont-Cardinet et Porte de Clichy en 2017 est carrément remis en cause !

Comment ne pas s’étonner d’un tel écart entre la commande initiale validée par le STIF le 13 décembre 2012 avec la date de 2017 et ce retard annoncé ?

Dois-je rappeler que le prolongement de la ligne 14, dont la vocation  première est de désaturer la ligne 13, doit également desservir le nouveau quartier de la ZAC Clichy-Batignolles, à savoir plus de 3 500 logements, 140 000 m² de bureau et l’ouverture de la cité judiciaire comprenant le TGI et la DRPJ, l’ancien 36 quai des Orfèvres ?

En tant que maire du 17e, je demande officiellement au Premier ministre Manuel VALLS, au président du STIF Jean-Paul HUCHON, au président de la RATP Pierre MONGIN de tout mettre en œuvre pour que le calendrier initial soit respecté et d’informer en toute transparence les usagers et les élus des territoires directement concernés sur l’avancement du projet et les raisons d’éventuelles dérives.

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Plus aucun obstacle pour l’arrivée du TGI aux Batignolles

Le chantier du Tribunal du Grand Paris (TGI) va pouvoir se poursuivre sans l’ombre d’un obstacle juridique sur sa route. Le Conseil d’Etat vient, en effet, de rejeter un recours – le dernier – formulé par une association d’avocats contre le partenariat public privé, signé entre l’Etat et Bouygues, destiné à financer la réalisation du futur TGI. Un arrêt dans la droite ligne de ceux émis en 1ère instance et en appel par le juge administratif.

Le chantier du bâtiment de 160 mètres dessiné par Renzo Piano, qui accueillera 9000 visiteurs par jour, peut donc continuer jusqu’à son terme en 2017. Une excellente nouvelle pour le 17e !

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Brigitte Kuster sur LCI


Brigitte Kuster sur LCI - Octobre 2014 par BrigitteKuster2014 Lire la suite »

Madame la ou le président ?

Certains s’attachent aux conventions académiques qui rendent invariables certains titres (président, ministre, maire, professeur) et emplois (principal, proviseur, procureur). D’autres à l’évolution qui tend à systématiser leur féminisation. Ces derniers ont plutôt le vent en poupe, et les règlements avec eux. Gare donc à ceux qui ne s’y plieraient pas. Le député Julien Aubert en a fait les frais (1400 euros retenus sur son indemnité). Coupable d’un affreux « Madame le président » en séance à l’Assemblée nationale. Machiste impénitent, mais orateur scrupuleux des usages de la langue française. En effet, dans le Larousse, « Madame la présidente » désigne la femme du président.

Mais alors que penser de tout ceci ? D’abord qu’il est tellement plus commode de faire de la politique avec les mots que par les actes. Les socialistes ne manquent pas de verve dès lors qu’il s’agit de dénoncer les atteintes  à la sacrosainte vision de la société qui est la leur. On aimerait les voir plus indignés par la situation économique du pays.

Ensuite que la langue française est un héritage. Et qu’à ce titre il se respecte. Nos académiciens ont, lors des commissions du dictionnaire, tout loisir de se prononcer sur l’usage et l’évolution des mots. La politique n’a pas à dire quel mot est juste ou ne l’est pas. Pas davantage qu’elle a à se prononcer sur la réalité de tel ou tel fait historique.

Et pour conclure ce débat, je me rapporterais à mon expérience personnelle et à la question qui m’est régulièrement posée : Doit-on dire Madame le ou la maire ? A laquelle je réponds : « Appelez-moi Brigitte ! ».

Nicolas Sarkozy dresse des perspectives d’avenir pour la France

Le retour de Nicolas Sarkozy sur la scène politique se fait par les idées. L’ancien Président de la République renoue avec ce qui a toujours fait sa force : la capacité à structurer le débat public autour de ses propositions.

S’il fallait retenir 5 grandes lignes directrices de l’entretien qu’il a accordé au Figaro Magazine, ce seraient celles-là :

1)      Systématiser le recours aux référendums, qu’ils évoquent d’ailleurs toujours au pluriel. Objectif : renouveler par le peuple notre pacte républicain moribond. Nicolas Sarkozy n’exclut aucun sujet à priori : organisation territoriale, réduction du nombre de parlementaires, versement des allocations chômage en contrepartie d’une activité. Une 1ère série de référendums pourrait être soumise aux Français le jour du 1er tour des législatives.

2)      Inscription d’une règle d’or budgétaire dans la Constitution, qui prévoit que les dépenses publiques n’excèdent pas 50% du PIB, et harmonisation de la fiscalité européenne (ou à minima entre la France et l’Allemagne), afin d’éviter le dumping fiscal entre Etats de l’UE.

3)      Sortir des 35 heures par la négociation dans les entreprises, repousser rapidement l’âge de la retraite à 63 ans, créer un CDD de 5 ans dans la fonction publique et restaurer le principe du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux.

4)      Ecrire l’acte II des accords de Schengen pour faire face au péril migratoire qui menace l’Europe. Il propose de compenser la suppression des frontières au sein de l’espace par une harmonisation des normes sociales et sécuritaires. Sans quoi il assure que la France devra quitter Schengen.

5)      Inscrire dans la Constitution des « verrous juridiques » pour limiter la PMA aux couples hétérosexuels stériles et interdire totalement la GPA.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Nicolas Sarkozy esquisse un véritable projet d’avenir pour la France. Un projet qui est en cohérence avec l’œuvre déjà accomplie, tout en renouvelant profondément le logiciel idéologique de notre famille politique (notamment en accordant la primauté à des sujets souvent secondaires dans le débat public, l’Europe et l’international).

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Dernier numéro de Paris DIXSEPT

 

 

Retrouvez le dernier numéro de Paris DIXSEPT, ICI

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager
Vidéos
Dernières photos
fetedusport marche fetedessports semainedugout_0 fetedelaviolette fete
Diaporama
Téléchargez Flash Player pour visualiser le diaporama.
Suivez moi sur Twitter
  • Brigitte KusterA l'occasion des portes ouvertes organisés par les Beaux-Arts de la Ville de Paris, j'ai visité avec Valerie... http://t.co/XHWr0bqLNN - publié le 11/06/2013 16:53:34
  • Brigitte KusterAu Conseil de Paris pour défendre un arrêt supplémentaire de la Traverse Batignolles Bichat dans le quartier Jonquière.Refus de l'exécutif! - publié le 11/06/2013 16:25:12
  • Brigitte KusterLes Parisiens méritent de voter pour leur maire. http://t.co/szXTKapK2v - publié le 11/06/2013 11:06:36
  • Brigitte Kuster#bravo à @Frédéric Lefebvre nouveau député @ump!! Belle victoire bien méritée,heureuse pour lui et notre Mouvement! - publié le 09/06/2013 19:26:21
  • Brigitte KusterEt encore une belle fête dans le 17è,cette fois aux Epinettes! Animations, ateliers, stands et jeux. Bravo aux assos! http://t.co/Pl52S2Lrhs - publié le 08/06/2013 14:57:53