La France doit être aux côtés des chrétiens d’Orient

Les Chaldéens d’Irak. Il s’agit de l’une des premières communautés chrétiennes. Des hommes et des femmes qui vivent là depuis les premiers temps du christianisme. Sur un sol qui a vu, plusieurs siècles avant l’avènement de l’Islam au Moyen-Orient, leur religion naître et se propager au monde entier. 2000 ans de présence qui pourraient bientôt prendre fin.

A Mossoul, les dignitaires du nouvel Etat islamique en Irak et au Levant offre aux chrétiens 3 options : se convertir, accepter un statut dégradant (qui prévoit le paiement d’un impôt de « protection ») ou partir en laissant tout ce qu’ils possèdent derrière eux. Sinon, c’est la mort qui les attend. La lettre N (voir photo d’illustration), comme nazaréen, a été peinte sur les maisons chrétiennes pour exposer leurs occupants à la vindicte des affidés du régime islamique. Un ultimatum pour leur départ a même été fixé. Il a expiré le 19 juillet.

Partir, mais où ? Au Kurdistan voisin ? Oui, mais pour combien de temps ? La situation n’a jamais été plus critique. Au point que le secrétaire général des Nations Unies a parlé de « crime contre l’Humanité » pour qualifier les exactions que subissent actuellement les chrétiens d’Orient.

En Occident, beaucoup préfèrent détourner le regard. Cela traduit sans doute un certain embarras. Depuis 2003 et l’invasion militaire de l’Irak, la situation des chrétiens n’a, en effet, fait qu’empirer. La France, qui a refusé de prendre part à la guerre, a sans doute une voix singulière à faire entendre pour la défense des chrétiens d’Orient. C’est notre rôle que d’être à leurs côtés.

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Manifestation pro-palestinienne : après le choc, l’inquiétude…

L’autorité républicaine a subi ce week-end un terrible revers. Non seulement la manifestation pro-Palestine interdite par le ministre de l’Intérieur – interdiction confirmée par la justice administrative – a bel et bien eu lieu, mais elle a très gravement dégénéré.

S’est exprimé au grand jour, ce que beaucoup d’observateurs dénoncent depuis longtemps déjà : un antisémitisme radical et militant. Les événements du week-end sonnent comme un très sérieux avertissement. Un signal d’alarme pour le gouvernement qui doit, en retour, faire preuve de la plus grande fermeté, non seulement à l’égard des casseurs mais aussi des organisateurs de la manifestation interdite. Il ne suffit pas que le Premier ministre exhorte les Juifs de France à avoir confiance en leur pays. Il faut tout faire pour rétablir cette confiance.

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Pour un Grenelle de l’environnement à Paris

Anne Hidalgo avait promis, avant les élections, un véritable plan Marshall pour la qualité de l’air à Paris. 4 mois après son élection, le bilan est inexistant. Pour preuve : Paris connaît aujourd’hui un nouveau pic de pollution à l’ozone.

La montagne de promesses a accouché d’une souris.  La maire de Paris n’a daigné consacrer au sujet qu’un modeste vœu (qui est la forme de texte soumis au conseil de Paris la moins contraignante sur le plan juridique). Incapable d’admettre l’échec de la politique de son prédécesseur (qui conduit pourtant Paris à vivre presque la moitié de l’année au-delà des seuils admis), Anne Hidalgo s’en est tenue à fixer des objectifs lointains (la sortie du diesel à l’horizon 2020), sans dire vraiment comment elle compte les atteindre, et à énoncer des mesures de circonstances (circulation alternée, stationnement résidentiel gratuit, campagne de communication). Rien de structurant. Rien qui permette d’envisager une amélioration durable de la situation.

Il est temps de consacrer au sujet autre chose que des positions de principe. Je demande à Anne Hidalgo d’organiser, dès la rentrée, un Grenelle de l’environnement à Paris qui réunisse tous les acteurs du dossier (Etat, région, associations, industriels, scientifiques, etc). Pour qu’enfin nous sortions de cet état de pollution chronique dans lequel Paris sombre un peu plus chaque année.

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Courrier de Brigitte Kuster au Préfet de Police

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Hausse de la taxe de séjour : Anne Hidalgo fait chou blanc

 Anne Hidalgo est amère. Son propre camp ne l’a pas suivie sur l’augmentation de la taxe de séjour. Une hausse qui aurait pu atteindre à Paris 10 euros par nuitée ! La maire de Paris n’a pas réussi à convaincre le Premier ministre du bienfondé d’une telle mesure. Son opération de lobbying a fait chou blanc.

 Malgré un vote favorable à la hausse en 1ère lecture du collectif budgétaire, la volte-face de certains députés de gauche et la mobilisation de la droite ont mis en échec cette mesure anti-touristique.

Il faut dire que les arguments avancés par Anne Hidalgo ne tenaient pas la route. Notamment celui consistant à comparer Paris aux capitales et grandes villes où ladite taxe est plus forte. Ne vaut-il pas mieux s’inspirer de ce qui fonctionne chez nos voisins plutôt que de leurs excès de fiscalité ? Et puis Paris n’est pas Berlin, ni San Francisco. Paris est la 1ère destination touristique au monde. Un statut qu’il faut défendre avec obstination tant la concurrence que se livrent les grandes métropoles est féroce. En réalité, Anne Hidalgo a eu toutes les peines du monde à cacher sa seule véritable motivation dans l’affaire : renflouer les caisses de la Ville de Paris, qu’elle a consciencieusement vidées au cours des 13 dernières années. En vain.

Où trouvera-t-elle les 400 millions d’euros qui lui manquent pour boucler le budget 2015 ? Affaire à suivre.

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Transports : nouveau fiasco en perspective

Il n’y a pas que les trains qui sont trop larges. Les marches de certains escalators du métro le sont aussi. Et le résultat est le même : des millions d’euros d’argent public qui partent en fumée. Sauf qu’à la différence de la SNCF, la RATP a choisi d’investir dans ces escalators aux marches 10 cm plus larges que la moyenne. Avec un objectif en tête : augmenter leur capacité d’accueil afin d’accélérer la circulation des usagers à l’intérieur des stations.

L’idée a malheureusement tourné court. D’après un article du Figaro, une trentaine d’escaliers mécaniques répartis sur les lignes 6, 13 et 14 ne fonctionnent pas, ou très mal. Au point que la RATP envisage tout bonnement de les remplacer. Un comble pour un matériel âgé d’à peine 8 ans qui est destiné à en durer 40… Une opération qui va se chiffrer en millions d’euros. Sans compter les fortunes déjà englouties en réparations et opérations de maintenance parfaitement inutiles.

Les usagers sont en droit d’exiger que toute la lumière soit faite sur cette piteuse affaire. Cela implique, d’abord, de se pencher sur les raisons qui ont poussé la RATP à choisir le prestataire en question (Constructions industrielles de la Méditerranée) plutôt qu’un autre. De s’interroger, ensuite, sur le coût réel d’un pareil fiasco. De connaître, enfin, les conséquences que cela va engendrer sur la disponibilité, déjà insuffisante, du parc d’escaliers mécaniques de la RATP.

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Budget de la mairie de Paris : le temps des vaches maigres est arrivé !

400 millions d’euros manquent pour boucler le budget 2015. Un trou béant qui signe la fin de la période d’opulence qui a vu la mairie de Paris dépenser sans compter. Anne Hidalgo a beau jeu de critiquer la baisse de la dotation globale de l’Etat, mais c’est d’abord sa gestion et celle de son prédécesseur qui est en cause dans cet échec.

Les dérives s’observent partout. Le budget du chantier des Halles a presque doublé et dépassera allégrement le milliard d’euros ! Un milliard d’euros, c’est aussi la somme engloutie dans la préemption d’immeubles privés payés à prix d’or pour y construire des logements sociaux.

Parallèlement, les dépenses de fonctionnement ont également dérapé. L’embauche de 14 000 fonctionnaires a fait exploser les charges de personnels qui atteignent 2,2 milliards d’euros et qui excèdent largement les dépenses d’investissement (1,7 milliard d’euros inscrits au budget 2014).

Conséquence pour les Parisiens : l’augmentation de 46% des impôts locaux. Un dérapage d’autant plus injustifiable que la mairie de Paris a bénéficié à plein de la flambée des prix de l’immobilier (10 milliards d’euros perçus sur les droits de mutation en 12 ans).

Le temps des vaches maigres est arrivé. L’Etat se désengage comme jamais. Le système de péréquation pénalise lourdement les finances de la ville. Un phénomène prévisible – la crise ne date pas d’hier ! – que Bertrand Delanoë et Anne Hidalgo ont préféré ignorer. Les caisses de Paris sont vides et Anne Hidalgo a promis de ne pas recourir à des hausses d’impôts – contre l’avis d’une partie de sa majorité. L’heure des choix budgétaires est donc venue. Ils promettent d’être très durs. Les Parisiens veulent savoir quelles seront les conséquences sur leur vie quotidienne (en termes de création de places en crèche, d’équipements de proximité, d’entretien de l’espace public, etc.)

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Démocratie locale : réponse de Brigitte Kuster à la lettre ouverte d’Annick Lepetit

Annick Lepetit a choisi de placer cette mandature sous le signe de la polémique. Sans doute est-ce là sa réponse à la défaite cuisante qu’elle a essuyée dans le 17e aux dernières municipales. Comme quoi, on ne tire pas forcément de grandes leçons de ses échecs.

La polémique porte, cette fois, sur la supposée mainmise qu’exercerait mon équipe sur les Conseils Consultatifs de Quartier (CCQ).

Principale critique : l’empressement de mes adjoints à convoquer la réunion des bureaux chargés de piloter les CCQ. Une semaine après le tirage au sort de leurs membres, il me paraît utile de nous mettre au travail sans tarder. D’autant que les conseils de quartier ne se sont pas réunis depuis le mois de janvier, en raison de la période de réserve imposée durant les élections.

Autre critique fondamentale : l’établissement par mes adjoints d’un ordre du jour préalable auxdites réunions. Un rôle d’ordinaire dévolu aux bureaux des CCQ. Imparable. Sauf qu’aucune réunion antécédente n’a pu établir d’ordre du jour, et pour cause : il s’agit de la 1ère fois que leurs membres se réunissent…

Derrière ces conflits picrocholins, Annick Lepetit reproche, en réalité, aux élus chargés d’animer les CCQ de faire ce pourquoi ils ont été élus. Et de le faire conformément à la loi.

Son refus de participer aux CCQ est donc parfaitement injustifié. Comme le sont ses menaces à peine voilées sur l’attribution des budgets alloués aux conseils de quartier.

Polémiquer n’est pas dans mes habitudes. Et si je réponds aujourd’hui à Annick Lepetit, c’est seulement pour réaffirmer que rien ni personne ne nous empêchera de continuer à faire vivre la démocratie locale dans le 17e.

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Transports : prime scandaleuse à l’illégalité

Comment accepter que les gens honnêtes soient pressurés d’impôts, que les entreprises croulent sous les charges, et qu’en même temps on rende les transports en commun quasiment gratuits pour les sans-papiers ?

C’est pourtant ce que la gauche a fait en accordant une réduction de 75 % dans les transports franciliens aux étrangers en situation irrégulière, pour un coût de plus de 60 millions d’euros par an au contribuable francilien.

Il s’agit d’une prime à l’illégalité. Ce genre de mesure contribue à l’appel d’air qui bénéficie en premier lieu aux réseaux mafieux d’immigration clandestine.

Il faut que la gauche adopte enfin un discours clair, et se mette sur ce sujet au diapason du Premier Ministre qui affirmait il y a peu que « Les étrangers en situation irrégulière ont vocation à rentrer chez eux ».

C’est pourquoi j’ai voté le vœu de Valérie Pécresse, qui demande la suppression de cette mesure injustifiable qui choque nos concitoyens et contribue à la montée du Front National.

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager

Nicolas Sarkozy et l’acharnement des juges

Le traitement judiciaire que subit actuellement Nicolas Sarkozy n’est pas seulement inédit, il est hors de toute proportion. Son placement en garde à vue n’était justifié ni par la nature de l’affaire pour laquelle il est entendu, ni par le statut même de l’intéressé.

Priver de la sorte un justiciable de liberté doit être motivé par les nécessités de l’enquête. Nicolas Sarkozy n’a, en l’occurrence, jamais refusé de coopérer avec la justice. Les deux juges d’instruction craignaient-elles sérieusement de le voir se soustraire à la justice ?

Rien ne les obligeait à le placer en garde à vue, si ce n’est la volonté manifeste de lui faire subir une procédure infamante. Un traitement, de l’aveu même du bâtonnier de Paris, plus volontiers employé « dans le cadre d’un crime de sang, d’une affaire de terrorisme ou de corruption à l’échelle internationale ». Il faut y ajouter la garde à vue de son avocat, qui n’a donc pas pu l’assister tout au long des 15 heures d’audition qu’il a passées à Nanterre.

Mais le pire dans tout cela, c’est que toute la procédure repose sur des écoutes téléphoniques dont la légalité est très largement sujet à caution.

Le mot d’acharnement revient en boucle pour qualifier le comportement des juges à l’égard de Nicolas Sarkozy. Un terme sans doute encore un peu tiède.

FacebookTwitterMySpaceGoogle GmailYahoo MailHotmailTechnorati FavoritesPartager
Vidéos
Dernières photos
fetedelaviolette fete fetedelamusique foot gollnish ligne14
Diaporama
Téléchargez Flash Player pour visualiser le diaporama.
Suivez moi sur Twitter
  • Brigitte KusterA l'occasion des portes ouvertes organisés par les Beaux-Arts de la Ville de Paris, j'ai visité avec Valerie... http://t.co/XHWr0bqLNN - publié le 11/06/2013 16:53:34
  • Brigitte KusterAu Conseil de Paris pour défendre un arrêt supplémentaire de la Traverse Batignolles Bichat dans le quartier Jonquière.Refus de l'exécutif! - publié le 11/06/2013 16:25:12
  • Brigitte KusterLes Parisiens méritent de voter pour leur maire. http://t.co/szXTKapK2v - publié le 11/06/2013 11:06:36
  • Brigitte Kuster#bravo à @Frédéric Lefebvre nouveau député @ump!! Belle victoire bien méritée,heureuse pour lui et notre Mouvement! - publié le 09/06/2013 19:26:21
  • Brigitte KusterEt encore une belle fête dans le 17è,cette fois aux Epinettes! Animations, ateliers, stands et jeux. Bravo aux assos! http://t.co/Pl52S2Lrhs - publié le 08/06/2013 14:57:53